La démocratie au Venezuela est-elle en risque?

Par Ignacio Ramonet*

Telesurtv.net.  – Publié le 23 février 2014. TeleSur,C.A. 28 février 2014

Il y a eu ces derniers mois au Venezuela quatre suffrages décisifs : deux votes pour la Présidentielle, des élections régionales et des municipales. Tous ont été remportés par le bloc de la révolution bolivarienne. Aucun des résultats n’a été contesté par les missions internationales d’observation électorale. L’élection la plus récente ne date que de deux mois… Et elle s’est soldée par une nette victoire – +11% d’écart – des chavistes. Depuis que Hugo Chávez a obtenu la présidence en 1999, toutes les scrutins démontrent que, sociologiquement, l’appui à la révolution bolivarienne est majoritaire.

En Amérique Latine, Chávez a été le premier dirigeant progressiste – depuis Salvador Allende – à avoir misé sur la voie démocratique pour arriver au pouvoir. On ne peut pas comprendre ce qu’est le chavisme si l’on ne mesure pas son caractère profondément démocratique.

Le pari de Chávez hier, et aujourd’hui de Nicolás Maduro, c’est celui du socialisme démocratique. Une démocratie pas seulement électorale. Également économique, sociale, culturelle… En quinze ans, le chavisme a apporté à des millions de personnes – qui n’avait pas de papiers d’identité à cause de leur pauvreté – le statut de citoyen et la possibilité de voter. Il a consacré plus de 42% du budget de l’État à des investissements sociaux. Il a sorti cinq millions de personnes de la pauvreté. Il a réduit la mortalité infantile. Éradiqué l’analphabétisme. Multiplié par cinq le nombre d’enseignants (le passant de 65 000 à 350 000) dans les écoles publiques. Créé onze nouvelles universités. Accordé des droits à la retraite à tous les travailleurs (y compris à ceux qui ne sont pas déclarés)… Tout ceci explique l’appui populaire dont Chávez a toujours bénéficié, ainsi que les récentes victoires électorales de Nicolás Maduro.

Alors, pourquoi ces manifestations ? N’oublions pas que le Venezuela chaviste – parce qu’il possède les principales réserves d’hydrocarbure de la planète – a (et sera) toujours l’objet de tentatives de déstabilisation et de campagnes médiatiques systématiquement hostiles.

Bien qu’elle se soit unie sous la bannière de Henrique Capriles, l’opposition a perdu quatre scrutins de suite. Face à cet échec, la fraction la plus à droite, en liaison avec les États-Unis et menée par l’ex-putschiste Leopoldo López, mise désormais sur un lent coup d’état. Et elle applique les techniques du manuel de Gene Sharp.

Dans une première phase : 1) créer le mécontentement par l’accaparement massif des produits de première nécessité ; 2) faire croire à l‘incompétence du gouvernement ; 3) fomenter des manifestations de mécontentement, et 4) intensifier le harcèlement médiatique.

Depuis le 12 février, les extrémistes sont passés à la seconde phase, proprement insurrectionnelle : 1) utiliser le mécontentement d’un groupe social (une minorité d’étudiants) pour provoquer des manifestations violentes, et des arrestations ; 2) mettre sur pied des manifestations de solidarité avec les détenus ; 3) introduire parmi les manifestants des pistoleros en leur confiant la mission de provoquer des victimes dans les deux camps (l’expertise balistique a démontré que les coups qui ont tué à Caracas, le 12 février, l’étudiant Bassil Alejandro Dacosta et le chaviste Juan Montoya ont été tiré avec la même arme, un Glock calibre 9mm) ;  4) augmenter les manifestations et leur niveau de violence ; 5) renforcer la pression médiatique, avec l’appui des réseaux sociaux, contre la répression du gouvernement ; 6) obtenir que les grandes institutions humanitaires condamnent le gouvernement pour son utilisation de la violence ; 7) réussir à faire en sorte que les gouvernements amis lancent des avertissements aux autorités locales…

Nous en sommes à cette étape.

La démocratie au Venezuela est-elle en risque ? Oui, elle est menacée, une fois de plus, par l’activisme des éternels putschistes.

* Rédacteur en chef du Monde diplomatique en espagnol. Il vient de publier Hugo Chávez. Mi primera vida.

Source d’origine: Ramonet, Ignacio. “¿Está en riesgo la democracia en Venezuela?” Telesurtv.net. 23 février 2014. http://www.telesurtv.net . 28 février 2014.  http://www.telesurtv.net/articulos/2014/02/23/esta-en-riesgo-la-democracia-en-venezuela-5522.html

Traducido por #infoVnzla

@infoVnzl