La douteuse conférence pour la paix de Maduro

Après des manifestations au Venezuela

Nicolas Maduro, président du Venezuela, semble de plus en plus en détresse face aux protestations contre son gouvernement. Il veut calmer la situation avec une « conférence pour la paix ». L’opposition estime que la réunion est une farce et veut la boycotter.
Par Martin Polansky, ARD-Hörfunkstudio Mexico-City. 26.02.2014 01h41

“Liberté“, crient les étudiants dans les rues de Caracas et dans beaucoup d’autres du Venezuela. Les protestations ne cessent pas. La situation s’aggrave de plus en plus: des barricades en feu, des canons à eau et des coups de feu épars. Au moins 13 morts, plus de 150 blessés, et d’après des chiffres officiels environ 700 arrestations.
Malgré tout, le gouvernement socialiste ne réussit pas à éteindre le feu, à calmer la manifestation que d’autres opposants au gouvernement ont rejoint depuis longtemps.

“Le gouvernement doit se rendre compte: Nous en avons assez!”
“Nous sommes là en raison de l’insécurité et de la situation économique. Le salaire minimum ne suffit pour presque plus rien“, lance, outrée une manifestante. Un autre dit : “le gouvernement doit enfin se rendre compte du fait que nous en avons assez de la criminalité, assez des hauts taux d’inflation, assez de la pénurie d’aliments.”
Les étudiants veulent la fin du gouvernement de gauche depuis longtemps. La relation entre partisans et adversaires des socialistes était déjà tendue au Venezuela, mais avec l’aggravation de la problématique économique, une grande partie de l’opposition est maintenant convaincue du fait que le temps d’un changement est venu.

Maduro – parfois bruyant, parfois complaisant.
Le président Nicolas Maduro, élu après la mort de Hugo Chavez il y’ a à peine un an est en détresse. Il réagit avec une rhétorique bruyante avec ce qui semble être des essaies de rapprochement.
Maduro a convoqué une « Conférence nationale pour la paix » aujourd’hui. Lundi, devant les membres des groupes de motards proches du régime socialiste, le discours disait ainsi: “Ils n’arriveront pas à nous vaincre, mais nous devons lutter chaque jour contre cette tentative de coup d’état fasciste. J’invite tous les groupes à la conférence pour la paix. Nous sommes prêts à nous regarder dans les yeux. Mais nous ne sommes pas prêts à accepter les conditions des auteurs d’actes de violence. »
Le fait que Maduro ait reçu des groupes de motards dans son palais présidentiel est perçu comme une menace par certains opposants. Les “motorizados” sont considérés comme imprévisibles, partisans armés du régime socialiste. D’après des rapports non confirmés, ils seraient responsables de la mort de plusieurs manifestants.
Henrique Capriles, dirigeant modéré de l’opposition, ne donne pas de crédibilité à l‘invitation à la conférence pour la paix: “je n’y vais pas. Je n’appartiens pas à l’orchestre du Titanic, qui jouera jusqu’à ce que le bateau coule. Nicolas, tu ne pourras pas m‘utiliser.”

L’église doit agir en tant que médiateur.
Un certain nombre d’opposants au gouvernement perçoivent Capriles comme quelqu’un qui serait prêt à trouver des compromis – car il ne soutient pas l’initiative des barricades dans les rues par les étudiants. Le parti du détenu politicien d’opposition Leopoldo Lopez soutient cette initiative pleinement. A l’heure actuelle il est difficile de voir comment la spirale d’escalade peut être rompue. Capriles a demandé à l’église catholique de servir de médiatrice.
Entre-temps, les étudiants ont manifesté devant l’ambassade de Cuba à Caracas. Leur demande: la Havane devrait retirer ses représentants militaires du Venezuela et ne pas se mêler de ce conflit. Cuba est considéré comme le plus proche allié du Venezuela.
Les Etats-Unis ont expulsé trois employés de l‘ambassade du Venezuela. Washington réagit ainsi à une action similaire du gouvernement vénézuélien contre des fonctionnaires américains expulsés de Caracas. Le conflit au Venezuela devient international.
La situation économique au Venezuela
télé journal 14h00, 27.02.2014, Andreas Caspari, ARD-aktuell

Source: http://www.tagesschau.de/ausland/venezuela314.html

Traduit par #infoVenezuela